CHÂTEAU PERCHÉ - BUSSET - 16 & 17 AVRIL 2016

 

« Envol et bourgeonnement »

 

6 FLOORS - 100 ARTISTES & CRÉATEURS

« Was ist das ? » demanda le Seigneur de Bourbon-Zurich en entendant toquer à la grande porte du Château. « C’est le printemps ! » lui répondit en cœur une horde de perchés venus d’autant de contrées que la terre en porte. « John, Oufrez la Krande Porte ! » ordonna-t-il, et la caravane fleurie, menée par les chameliers du Camion Bazar, entra sur le domaine de Busset, amenant avec elle son élan fertile. Les nymphes s’installèrent dans la Grange. Ces êtres venus d’ailleurs s’amusaient à rêver d’ailleurs dans un puissant hymne à la lune mené par Madmotormiquel. Les invités de marque gagnèrent la Terrasse, transformée pour l’occasion en chapelle des cieux, pour écouter le violoniste Savaggio donner le ton. La majestueuse mélodie fit affluer les énergies cosmiques du solstice qui pénétrèrent le sol par les branches tendues vers le ciel du Séquoia millénaire.

A la nuit tombante, la musique de Wolfgang Amadeus Mozart laissa place à celle de Erich Amadeus Joseph dans le Corridor. Le Château Perché commença sa mue. L’énergie sombre de l’hiver devant être expiée, on invoqua le Seigneur Kobosil. Il tapa sur ses tambours de guerre jusqu’à réveiller le dragon Kiko qui sommeillait dans l’Orangerie. Ce dernier déploya ses ailes et s’envola à la lumière de l’aube pour apporter la chaleur de l’été sur toute la terre d’Auvergne.

Le Château Perché à Busset fut une ode à la nature, une ode aux arts, à l’expression, à la liberté de croire et de d’affirmer ce que l’on croit, d’être passionné, d’être décalé. Les Perchés ont ouvert leurs esprits à la méditation, la réflexologie, la sculpture, la peinture, sur toile, sur bois et sur leur corps. Ils ont admiré avec délice les spectacles de cirque, de fakir et de magie. Ile festival fut l’occasion de faire se rencontrer les nageurs de contre-courant de toute l’Europe et d’agrandir encore une fois la famille Perchée. Heureux, ils sont repartis avec l’espoir que la rumeur d’une troisième édition soit vraie.

GALERIE